Le devoir de mémoire  
Extrait de l’allocution du Chanoine GARDIOT, le 7 mai 1967 devant l’assemblée des anciens du 140 à La Frette (38) . … La jeunesse qui monte nous regarde et nous écoute. À cette jeunesse je m'adresse maintenant.

Oui, vous, les plus jeunes, vous nous remplacerez bientôt et vous nous oublierez, c'est fatal, comme nous avons oublié nos aînés de 70. L'amour descend d'une génération à l'autre et ne remonte pas. Mais ce qui doit demeurer et s'accroître, c'est un héritage de vérité, de loyauté, de dévouement, de sacrifice pour une noble cause, de courage, de foi, d'espérance et d'amour.
Voilà pourquoi nous les anciens, nous vous aimons, nous vous regardons, nous vous écoutons et parfois nous nous inquiétons, comme ce petit Sous-lieutenant de 14-18, tué à la tête de sa section devant Douaumont. Je crois me souvenir qu'il s'appelait DEL.
Ècoutez ce récit authentique qui me sert de parabole et de conclusion.
Ce jeune officier, une nuit de relève, montait en ligne à la tête de sa section, avec le souci de ne perdre aucun de ses hommes. Vous les anciens, vous vous souvenez de ces montées au Calvaire... Ces sentiers devenus chapelets de trous d'obus, ces boyaux écroulés, ces caillebotis qui s'effondrent sur un puisard... Ces fils téléphoniques qui vous accrochent... Ces troupes qui redescendent et vous retardent ...
Tous les 10 ou 20 mètres le jeune officier DEL se retourne et s'adresse à l'homme qui est derrière lui: « Faites passer, est-ce que ça suit ? ». Il attend pour reprendre sa progression en avant la réponse qui d'homme à homme lui revient de l'arrière: « Oui, ça suit ».
Mortellement blessé, il agonise au poste de secours, assisté par l'aumônier qui le connaît bien. Mais dans son délire, il ne peut écouter... une seule pensée l'obsède et il ne cesse de répéter: « Est-ce que ça suit ? ».
Alors pour calmer cette anxiété, l'aumônier se penche et murmure à son oreille: « Oui, mon petit DEL, calme-toi, dors en paix, oui, ça suit...! » Et le jeune officier apaisé s'endort pour toujours.
Ainsi, nous les anciens parmi les anciens, nous qui marchons en tête de l'Humanité, inquiets de l'avenir, nous nous tournons vers vous comme DEL vers ses hommes pour vous dire : « Faites passer... Est-ce que ça suit ?»
Nous attendons votre réponse, de grâce, répondez nous : « Oui, ça suit ». L'héritage que vous nous transmettez n'est pas perdu, l'exemple que vous nous donnez de fidélité au devoir, de fraternelle amitié. Votre message de Paix... rien n'est perdu... Oui, les anciens, dormez en paix, ça suit !
(NDLR : DEL Georges, Sous-lieutenant au 35ème Régiment d’Infanterie, décédé le 05-05-1916).